Le prolapsus utérin ou descente d'organes

Une problématique typiquement féminine qui touche environ 40% des femmes âgées de plus de 50 ans. Cependant, le pralapsus survient de plus en plus chez la jeune femme.





Le prolapsus utérin est un sujet tabou dont beaucoup de femmes n’osent pas parler. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il peut apparaître à tout âge. Il s’agit d’une descente d’organes (vessie, utérus, rectum), normalement situés dans le bas ventre et qui vont traverser le plancher pelvien. En général, il est ressenti comme une gêne, ou un corps étranger qui pèse dans le vagin (sensation de boule) . Si cette affection est sans danger en soi, elle se révèle inconfortable gênante voire douloureuse dans certaines conditions de la vie quotidienne.


D’un point de vue anatomique, votre utérus est maintenu en place par une série de muscles et de ligaments. Mais lorsque ceux-ci deviennent plus faibles ou s’affaissent ils peuvent causer un relâchement de votre utérus qui peut alors littéralement « tomber » dans votre vagin. Beaucoup de femmes n’ont pas conscience d’être atteinte d’un prolapsus utérin jusqu’à ce qu’elles ressentent une lourdeur au niveau vaginal.


Les organes pelviens sont fixés grâce à un système de soutien formé par le plancher pelvien, le fameux périnée. Ce périnée est constitué de muscles tendus entre le pubis situé en avant du bassin et le coccyx situé en arrière du bassin.

La solidité du périnée et des ligaments sont d’une importance capitale pour maintenir tous les organes en place.

· Les causes

L’âge, la survenue de la ménopause, mais aussi plusieurs grossesses, ou des accouchements par voie basse qui ont étiré les ligaments qui maintenaient l’utérus en place. L'utilisation de la ventouse, des forceps peuvent également contribuer au phénomène. Certaines professions ou la station débout prolongée ou le port de charges lourdes répétées viennent affaiblir le périnée. Par ailleurs, la constipation, le tabagisme, l’obésité, les sportifs, la bronchite chronique, ou la rhinite allergique vont entrainer des a coups répétés dans cette zone très sensible.

Les sports d’impulsion comme la course à pieds, le tennis peuvent aussi être une cause.

Dans la majeure partie des cas, les femmes vont ressentir des sensations de lourdeurs, mais il y a aussi des cas plus compliqués ou l’utérus peut sortir du vagin.

On distingue 3 formes principales de prolapsus selon la zone atteinte :


· Le cystocéle : il s’agit de la vessie qui descend de son emplacement initial et vient alors s’appuyer contre la paroi vaginale. C’est le prolapsus le plus fréquent qui s’accompagne de fuites urinaires ou d’impérieuses.


· L’hystérocéle : l’utérus glisse vers le bas dans la cavité vaginale. Dans ces cas extrêmes, l’utérus peut même sortir de la cavité vaginale.


· Le rectocéle : c’est le rectum qui vient appuyer contre la paroi postérieure du vagin. Cela pouvant donner lieu à des douleurs, ou des incontinences.




· Les symptômes :

- Pression, lourdeur, pesanteur, douleurs pelviennes et lombaires, sensation de «boule», «d’être assise sur un œuf». Saignements (muqueuse vaginale irritée).

- Difficultés à uriner, besoins urgents et fréquents, incontinence urinaire. Troubles digestifs, difficultés pour aller à la selle, souillures, urgences défécatoires.

- Troubles de l’activité sexuelle avec gêne, douleur, incontinence urinaire.

· Les traitements conventionnels

La ré-éducation ou physiothérapie

En cas de symptômes modères, une physiothérapie du plancher pelvien est proposée. Ce traitement conservateur suffit souvent. Elle peut être manuelle ou appareillée avec biofeed back. Il existe des appareils trés performants pour vous permettre de poursuivre votre rééducation à domicile. D'ailleurs je fais une petite parenthèse mais c'est tout au long de sa vie qu'il faut prendre soin de son périnée.


Les pessaires

Ce sont des dispositifs mécaniques (cupules, anneaux ou cubes de soutien vaginal) introduits dans le vagin. Ils ramènent les organes descendus dans leur position normale afin de soulager les symptômes. Il s'agit d'une correction ponctuelle plutôt destinée à mener une vie quotidienne normale mais ne corrige en rien la cause.


La promonto-fixation

Le traitement du prolapsus génital reste essentiellement chirurgical et la promonto-fixation constitue la technique de référence.

Cette technique consiste à pallier la faiblesse des tissus par interpositions de 2 prothèses en avant et en arrière du vagin, et à palier le défaut de suspension des organes par fixation de la prothèse située entre le vagin et la vessie, au promontoire (ligament en avant du disque situé entre la dernière vertèbre lombaire L5 et la première vertèbre sacrée S1). C’est un peu comme si on venait mettre un hammac sous vos organes, pour les soutenir.


La promontofixation s’est imposée comme le traitement de choix du prolapsus notamment de la femme jeune en raison de sa fiabilité et de sa reproductibilité avec des taux de guérison de 95% à 98%. Il est néanmoins conseillé de ne plus avoir de projet de grossesse avant de réaliser cette intervention.


· Votre alimentation

Le prolapsus utérin n’est pas directement lié aux hormones mais cela peut empirer le phénomène à l’approche de la ménopause. Il est important d’avoir un régime alimentaire équilibré.


- Les fibres

En particulier, manger des aliments riches en fibres pour prévenir la constipation qui peut aggraver votre prolapsus, manger des aliments complets et ajoutez des graines. Mangez 5 portions de fruits et légumes par jour. Sous forme de fruits frais (melon, pastèque, prune, poire, pomme, figue, fruits rouges…), et bien sûr de légumes du marché (poireaux, épinards, céleri, fenouil, artichaut cuit, courgette, salade verte, haricots verts…). Petit mémo à l’attention de celles qui n’ont pas le réflexe « légumes secs » ou « algues » : les lentilles, les pois, les fèves et les haricots de toutes sortes – s’ils sont bien cuits – garantissent eux aussi un apport considérable en fibres, de même que les féculents non raffinés (blé, riz et pain complets).

L’air de rien, n’hésitez pas à mélanger quelques graines de sésame, de lin ou de courge dans vos soupes et salades. Cuit, puis servi chaud ou froid, le quinoa est lui aussi l’un des plus fidèles amis du transit. Vous devez absolument éviter la constipation afin de ne pas faire d'effort de poussée pour aller à la selle. Un traitement facilitateur du transit est souvent nécessaire pendant plusieurs semaines.


- Le fer

Cet oligo-élément aide à stocker l’oxygène dans les muscles…et donc dans le périnée. On booste donc son périnée à grands renforts de viande rouge ou de boudin noir, coquillages et crustacés.

- Une bonne hydratation

Vous connaissez la chanson : au moins 1,5 litre par jour. Bien s’hydrater, c’est la base pour éviter de trop avoir à « pousser »…


- Le collagène

Dans les cas de prolapsus une hypothèse de dégénérescence du tissu conjonctif est souvent mise en avant, avec une altération de la biosynthèse du collagène et ou de l’élastine conduisant à une perte d’élasticité des fibres musculaires.

Le collagène est une protéine structurelle et représente 30% du total des protéines de notre corps.  Il assure la cohésionl’élasticité et la régénération des tissus conjonctifs comme les os, le cartilage, les tendons, les ligaments, les muscles et la peau.

Le collagène est une protéine et un des composants majeurs des tissus de notre corps comme les os, les dents, le cartilage, les muscles, les tendons, les ligaments, la cornée, la peau et les vaisseaux sanguins. En effet, il constitue près de 90% de la matrice organique de l’os, 70% du poids sec des cartilages, 85% du poids sec des tendons et ligaments et 75% du poids sec de la peau.

A partir de 25 ans, le collagène de notre corps se dégrade, de sorte que, chaque année, nous perdons 1,5% de notre collagène. En outre, si les tendons et articulations sont grandement sollicités lors d’exercices physiques, il est fort possible que vous manquiez de résistance et de souplesse, voire de vous blesser quelque que soit votre âge.

Également, sa perte est l’origine des premiers signes visibles du vieillissement :

Rides (élasticité de la peau)

Articulations (usure des cartilages)

Os (moins denses et plus fragiles)

Muscles (atrophie, extension et flexibilité) …

Le bouillon d’os :

Le bouillon d’os se prépare en cuisant des os à basse température pendant de longues heures, ce qui permet aux os de lâcher tous leurs précieux nutriments dans l’eau. Cet élixir offre ainsi une richesse inouïe de nutriments essentiels sous une forme hautement assimilable et digeste.

de nombreux minéraux tels que calcium, magnésium, silicium, souffre et phosphore, ce qui est précieux au regard des sols actuels si dépourvus en nutriments essentiels;

des acides aminés de structure parfaite, dont la glycine, qui soutient le foie dans son travail de détoxification, l’arginine, qui soutient les reins, le cœur et les artères, et la fameuse glutamine, qui soutient la santé intestinale;

en particulier, la glucosamine, la chondroïtine et l’acide hyaluronique, qui maintiennent les articulations en bonne santé, améliorent l’absorption d’autres nutriments par les intestins et donc la digestion et l’assimilation;

de la gélatine naturelle, l’ingrédient secret pour réparer tous les tissus de notre corps, en particulier le cartilage, les tendons et les articulations, mais aussi les os, les muscles, le coeur, les artères et les parois intestinales;

la gélatine est la forme cuite du collagène, qui guérit aussi la peau, les cheveux et les ongles.

Le collagène marin

Le collagène est un élément constitutif du cartilage, des ligaments, des tendons, de l'os et du derme (peau) participant à la résistance de ces tissus. 

Les protéines

Les protéines structurelles telles que la kératine et le collagène fabriquent la peau, les griffes, les os, les tendons et les ligaments ; les protéines des muscles produisent le mouvement ; l'hémoglobine transporte l'oxygène ; et les protéines des membranes régulent le mouvement de substances à travers les cellules.

Les apports recommandés en protéines sont de 1g/j/kg de poids corporel. Il faudra veiller en cas de régime végétarien ou végétalien à avoir assez de protéines dans l’assiette.

· La phytothérapie


o La prêle

Riche en silice, la prêle des champs (Equisetum arvense) renferme de 5 à 8 % de  silicium qui stimule la production de collagène

o Le framboisier (Rubus idaeus)

Cette plante est le grand régulateur de la fonction ovarienne et de l’équilibre des hormones.

Les feuilles de framboisier renforcent l'élasticité du périnée, Les feuilles de framboisier seront excellentes pour aider votre utérus à se remettre en place. L’infusion peut aussi servir pour une douche vaginale à l’aide d’une poire.

- Régulation et dynamisation de la fonction ovarienne : remède de la puberté, il aide les ovaires à se débloquer : retard pubertaire, SPM, bouffées de chaleur, pathologies de règles comme les dysménorrhées, l’hyperménorrhée, l’aménorrhée secondaire ou les ménorragies de la ménopause. C’est un tonifiant antispasmodique utérin.

- Le framboisier est plutôt ostrogénique contrairement au Pommier plus progestéronique

- C’est aussi un protecteur hépatique. Donc il peut être intéressant de prendre le bourgeon de Framboisier en cas de pilule contraceptive

o L’ostéopathie

Cette technique peut -être une aide précieuse afin de ré-aligner vos muscles et votre squelette mais aussi aider à réduire votre prolapsus.


Surtout si vous êtes victime de cette problématique, il existe des solutions. Ne restez pas seule, faites vous recommander de bons professionnels.




131 vues
  • Facebook Social Icône
  • Icône social Instagram
  • Icône sociale YouTube